Concepte global de l'epaule

La méthode du Concept Global de l’Epaule (CGE) a été mise au point pour soulager les patients atteints de douleurs situées précisément dans la zone de l’épaule.

Au fil des années, cette méthode a prouvé son efficacité. Nous avons donc décidé de vous faire le point sur ses différentes phases, son objectif principal et les cas où il est préconisé d’y avoir recours.

CGE, qu’est-ce que c’est ?

C’est une méthode qui permet de traiter efficacement les différentes pathologies de l’épaule. Mais avant la prise en charge, un examen clinique doit être effectué par un praticien afin de définir clairement les modalités de traitement.

Ainsi, de façon générale, la méthode CGE se déroule en trois phases de rééducation distinctes :

  • Correction du dysfonctionnement cinématique de l’articulation. Au cours de cette phase, le patient est soumis à une série d’examens qui visent à lui redonner une stabilité passive et une bonne congruence articulaire.
  • Rééquilibrage dynamique. À ce stade, il s’agit d’arriver, par le travail des rotateurs latéraux, à rendre permanents les effets obtenus lors de la première phase de correction.
  • Stabilisation de l’équilibre et du bon fonctionnement. C’est une phase de restauration des forces de compression pour parvenir à obtenir une réponse réflexe des muscles stabilisateurs et coaptateurs.

Quel est le but de cette méthode ?

De façon générale, elle vise à soigner les différentes pathologies de l’épaule et à prévenir puis corriger les dysfonctionnements de l’articulation même, bien avant qu’elle ne devienne douloureuse. Mais plus spécifiquement, elle permet :

 

  • Une amélioration de la mobilité de l’articulation gléno-humérale ;
  • Une amélioration significative du score de Constant ;
  • Une corrélation entre le score de Constant et le C-test ;
  • Une récupération des amplitudes de rotation de l’articulation scapulo-humérale chez le joueur professionnel ;
  • Une récupération de la force de l’épaule.

Dans quels cas consulter un praticien ?

  • Tendinopathie de la coiffe des rotateurs ;
  • Calcifications de la coiffe des rotateurs ;
  • Diminution d’amplitude ;
  • Diminution de la force d’abduction.